Aller au contenu principal
Accueil \ Actualites \ Le PACAO renforce les capacités des acteurs apicoles

Flash info

Nos valeurs: Équité - Engagement - Sens de la responsabilité - Esprit d’équipe - Professionnalisme - Proactivité.

Le PACAO renforce les capacités des acteurs apicoles

Le mardi 20 octobre 2020 s’est tenu à Bobo-Dioulasso, un atelier d’information et de sensibilisation des acteurs de la filière miel sur les modalités et conditions de subvention de kits apicoles. Organisée par l’unité de coordination du (PACAO), volet Burkina Faso, la session a réuni plus d’une centaine d’apiculteurs venant de cinq régions dont la région des Hauts Bassins.

Officiellement lancé le 21 janvier 2020, le PACAO- BF déploie son plan d’actions axé principalement sur l’amélioration de la performance et la promotion de trois chaînes de valeur que sont (i) l’huilerie et les dérivés de coton, (ii) le miel et ses dérivés et (iii) l’énergie solaire domestique. L’atelier de Bobo- Dioulasso visait à sensibiliser les acteurs de la filière apicole (entreprises et centres apicoles) sur les modalités et conditions de subvention des kits apicoles ainsi que la construction et/ou le renforcement des unités de transformation.

Des communications ont été également faites autour des modalités de recouvrement des sommes à payer par les différents bénéficiaires de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, du Centre- ouest, du Centre- sud et des Hauts Bassins.

Pour ce faire, quatre guichets de subvention ont été créés dont trois dédiés à l’apiculture et un exclusivement réservé à la grappe huilerie. Les conditions d’éligibilité à ces guichets sont :

- Pour le guichet « Appui à l’acquisition de kits apicoles » : être un apiculteur, centre/entreprise apicole ou une association/organisation professionnelle de droit burkinabè ayant des activités connexes dans le domaine ;

- Pour le guichet « Appui à la construction ou au renforcement de capacité des unités de transformation du miel et dérivés » : être un apiculteur, centre/entreprise apicole ou une association/organisation professionnelle de droit burkinabè ayant des activités de transformation des produits apicoles, avoir une reconnaissance officielle ; disposer d’un plan d’affaire ;

- Pour le guichet « Appui à l’acquisition de kits solaires » : être une entreprise de la filière miel ou huile de coton ; avoir un registre du commerce ; disposer d’une fiche de projet qui explique l’utilité du kit solaire.

Pour l’ensemble des guichets, les acteurs devront s’engager à supporter 50 % du coût de réalisation et être disposés à communiquer les données chiffrées sur leurs activités pour les besoins d’évaluation de l’impact de l’initiative du PACAO.

En ce qui concerne les kits apicoles destinés aux acteurs, ils sont composés de dix ruches de type kenyane, dix supports de ruches, une combinaison intégrale de protection, une paire de gants de protection, une paire de bottes, un enfumoir, un lève cadre métallique, une brosse abeilles, un seau de récolte.

Selon Saydou NAMANEGUE, Chef de projet PACAO-BF, « la subvention représente la moitié du coût de l’acquisition du matériel ; d’où l’intérêt d’expliquer aux apiculteurs le mécanisme de mise en œuvre ».

Pour Désiré Marie YAMEOGO, Président de l’Interprofession miel, les attentes des acteurs sont orientées vers un appui à l’amélioration de leur production. Le projet offre une opportunité d’exportation du miel burkinabè vers les pays de l’Union Européenne ; ce qui induit une exigence de qualité et de respect des normes internationales.  Aussi, espère-t-il que d’ici la fin du projet, la filière apicole connaisse un progrès significatif en doublant le volume de production nationale qui avoisine 1 000 tonnes par an.

Au sujet de la structuration de la filière apicole, Issoufou NANA, Secrétaire technique de l’apiculture au Ministère des Ressources animales et halieutiques, affirme que sur les 16 000 apiculteurs dénombrés au Burkina Faso, seuls 20% disposent d’outils modernes de production. Ce qui révèle l’intérêt du projet PACAO qui, à travers les différentes subventions, permettra à plus d’un millier d’acteurs de disposer de matériels modernes et adaptés.

Le PACAO-BF est financé par l’Union Européenne à hauteur de quatre milliards cinq cent millions de francs CFA et mis en œuvre par la CCI-BF qui apporte une contrepartie de cinq cent millions de francs CFA soit un total de cinq milliard pour la mise en œuvre d’activités au profit des trois filières.