Aller au contenu principal
Accueil \ Actualites \ Le Ministre des infrastructures à Boborinter

Flash info

"EcoMédias 2021": 23 avril 2021 à 9 H GMT, date limite de dépôt des dossiers de manifestation d'intérêt. Infoline: 70 25 83 51/ 70 65 28 38

Le Ministre des infrastructures à Boborinter

Port sec de Bobo-Dioulasso : Le ministre Éric Bougouma sur le chantier d’extension et de réhabilitation
 
Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Éric Bougouma, a visité ce mardi 23 février 2021, le chantier d’extension et de réhabilitation du port sec de Bobo-Dioulasso. Il a saisi également cette occasion pour constater l’état actuel de ses voies d’accès. Ce projet d’extension du port sec par la Chambre de Commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) vient ainsi compléter les efforts du gouvernement pour relancer l’économie de Bobo-Dioulasso et faire de cette ville, un véritable carrefour des échanges internationaux.
 
Après plusieurs années d’exploitation, la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso a décidé d’accroitre la capacité du port sec de Bobo, au regard du flux des marchandises qui transitent par ce port et de la réhabilitation de ses voies d’accès fortement dégradées sous le poids des gros porteurs. En effet, fonctionnel depuis 2010, le port sec de Bobo-Dioulasso était arrivé à saturation. Son extension permettra ainsi l’amélioration de la qualité du service de transport et de traitement de marchandises à l’importation, à l’exportation et en transit dans notre pays.
 
 
Cet important projet d’extension du port sec est initié et entièrement financé par la CCI-BF. Les travaux qui ont été lancés en octobre 2019 par le chef du gouvernement Christophe Dabiré consisteront notamment en l’extension de la plateforme sur 21 hectares, faisant passer la superficie du port de 19 à 40 hectares.
 
Cependant, la CCI-BF sollicite l’accompagnement du gouvernement à travers son ministère en charge des infrastructures. « Avec l’urbanisation de la ville, il nous faut des voies de desserte pour que les gros camions n’encombrent pas la ville. C’est pourquoi, nous avons demandé au ministre une voie de contournement qui part de la Place de la femme au Rondpoint du cinquantenaire en passant par la voie de la maison de la culture jusqu’au port sec », a laissé entendre le président de la délégation consulaire régionale des Hauts-Bassins, Lassiné Diawara.