Aller au contenu principal
Accueil \ Elus \ NECROLOGIE

Flash info

INSCRIVEZ-VOUS pour le Master en Transport, Logistique, Supply Chain & Achats de l'Ecole Burkinabè des Affaires: https://www.cci.bf/?q=fr/centres-de-formation/annonce-recrutement-master...

NECROLOGIE

M. Sékou HAIDARA
M. Sékou HAIDARA, Secrétaire du Bureau Consulaire

Hommage à M. Sékou HAIDARA, le « petit commerçant » devenu Président Directeur Général, décédé ce jour 10 décembre 2020

« La persévérance, une qualité indéniable pour une réussite professionnelle », dixit Sékou HAIDARA qui nous relate un pan de sa vie d’opérateur économique. Son parcours, son combat, sa réussite.

Natif de Bobo-Dioulasso, Sékou, comme ses proches l’appellent, est né en mars 1953. Imposant de par sa taille et sa corpulence, M. HAIDARA a un teint noir d’ébène. Toutefois, derrière ce « gabarit imposant » pour qui ne le sait pas, se cache un cœur en or, comme nous l’ont laissé entendre certaines personnes qui ont bénéficié de ses largesses.

D’un abord facile, le sourire aux lèvres, Sékou HAIDARA a toujours de quoi dérider ses interlocuteurs. Autodidacte, il a su, malgré tout, se bâtir un « empire » dans le monde des affaires.

Parti de peu en 1968 (une caisse en bois et quelques paquets de cigarettes), M. HAIDARA a fait ses premiers pas dans le domaine du commerce en tant que vendeur ambulant. « Je parcourais les salles de cinéma et les lieux où se tenaient des manifestations pour vendre des petits articles tels que la cigarette », affirme-t-il.

Grand travailleur, son sérieux a très vite été remarqué. Sa persévérance a fini par convaincre son père qui, pour l’encourager, lui a cédé un hangar au marché central de Bobo-Dioulasso. Progressivement, il devient grossiste dans la vente de cigarettes, puis distributeur de sucre et de savon respectivement auprès de la Société Nationale Sucrière de la Comoé, du Comptoir des industries textiles et de la Société de Savonnerie CITEC.

Au lendemain de la révolution de 1983, son dynamisme lui vaut d’être désigné représentant des petits commerçants de Bobo-Dioulasso pour siéger à la Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Artisanat du Burkina Faso. Il sera régulièrement désigné comme représentant jusqu’aux premières élections consulaires en 2001 où il est élu.

Secrétaire dans le Bureau consulaire, Monsieur HAIDARA est un modèle de réussite dans les affaires. Ses activités vont de la vente de produits du cru à la transformation industrielle. Il est aujourd’hui Président Directeur Général de plusieurs sociétés ; la dernière-née de ses entreprises est une usine de fabrication d’huile alimentaire dénommée « Huilerie Nouvelle du Faso », en abrégé HUNOFA, qui emploie plus d’une soixantaine d’agents. 

Père de 13 enfants, Sékou HAIDARA, tout en continuant à se cultiver, a pris conseil auprès de personnes éclairées pour orienter ses enfants dans différentes filières de formation ce, en prélude à la relève. Déjà, certains de ses enfants travaillent à ses côtés et apportent une contribution de qualité à la prospérité des entreprises.

Secrétaire du Bureau consulaire de la CCI-BF, Monsieur HAIDARA est un adepte du consensus qui celui lui, est un gage de succès dans toute initiative. « C’est le consensus qui a toujours prévalu au moment de constituer le Bureau consulaire ; et c’est cet esprit qui a toujours guidé les actions de la Chambre de Commerce. Sans consensus, il est difficile de réussir au sein d’une assemblée », confie-t-il.

En dehors des affaires, Monsieur HAIDARA se consacre aux œuvres de charité et de bienfaisance ; il est membre du Lions Club International. « Les clubs service sont utiles pour notre société surtout pour les personnes démunies ; nous œuvrons à cultiver davantage la solidarité envers ses personnes et entre nos membres », précise-t-il.

Après tant d’années d’expérience, Sékou HAIDARA est aujourd’hui un parfait conseiller d’entreprise. Il éduque, forme et oriente les jeunes entrepreneurs désireux de faire prospérer leurs activités. Il reconnait avoir lui-même bénéficié des conseils de ses aînés pour la bonne conduite de ses activités. La transmission du savoir et le partage d’expérience sont les maîtres-mots dans la vie de façon générale, et le commerce en particulier. « On apprend toujours des autres pour peu que l’on soit attentif », conclut-il.