• Français
  • English

Le chef du gouvernement de la république tunisienne, Youssef Chahed, à la tête d’une  forte délégation d’hommes d’affaires  de son pays, a participé au forum économique  tuniso-burkinabè, le 5 avril 2017 à Ouagadougou. Ce colloque entend  donner un nouvel élan à la coopération économique entre les deux pays.

En 2016, le volume des échanges commerciaux entre le  Burkina Faso  et la Tunisie s’est établi à 13 millions de dollars US. Cette performance, de l’avis  des chefs de gouvernement burkinabè et tunisien, peut être améliorée. C’est dans cet espoir que s’est tenu un forum économique, Tunisie Burkina Faso, le 5 avril 2017 à Ouagadougou. « Il est important de souligner que les échanges commerciaux entre nos deux pays  restent faibles,  même s’ils ont quasiment doublé lors des cinq dernières années.  Nous  pouvons faire plus, nous pouvons faire mieux. Je suis  convaincu que ce forum contribuera  à atteindre des objectifs à la hauteur de nos excellentes relations politiques», a déclaré le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed.  En effet, comme l’a relevé le vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie  du Burkina Faso (CCI-BF), Mamady Sanoh, le volume  des échanges commerciaux entre pays africains est très faible, de l’ordre de 12%. Un constat  qui a poussé  la CCI-BF à élever la promotion des échanges commerciaux  au rang de ses priorités, afin d’inverser  la  tendance. D’ailleurs, l’organisation du forum Africalia  tous les deux ans, participe de cette volonté.  « J’invite les chefs d’entreprises burkinabè à saisir cette occasion pour nouer de nouvelles relations d’affaires et élargir les possibilités de co-développement », a-t-il ajouté.
 
La présidente de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), Ouided Bouchamaoui, pour sa part,  a fait les éloges du pays des Hommes intègres pour la qualité de son climat des affaires. « Je  dois vous avouer que  je suis agréablement surprise  par  les avancées que vous avez réalisées et que chacun peut constater en grandeur nature sur le terrain. C’est toujours de bon augure que de ressentir de la confiance, de l’assurance, de la visibilité  dans notre métier de chefs d’entreprises », a-t-elle confié. Selon elle, il est clair que le temps des échanges à sens unique  est révolu. « La seule certitude est celle de notre réelle volonté de développer des échanges commerciaux dans les deux sens. On ne vient pas pour chercher à vendre, mais  votre coton, votre sésame, votre  arachide et d’autres produits nous intéressent aussi », a-t-elle poursuivi. La présidente de l’UTICA, au-delà de la communauté  d’affaires du Burkina Faso, a lancé une invite à tous les pays africains au partage, entre eux, des fruits de la croissance. « L’Afrique change  et suscite de plus en plus  de convoitises de la part des multinationales et des grandes puissances économiques  mondiales. Alors, autant que ce nouvel  environnement  régional, avec ses atouts  majeurs de stabilité politique,  sociale et des perspectives économiques connues puisse profiter  aux africains», a-t-elle  plaidé. 
 
Le renforcement des relations bilatérales, en toile de fond
 
Pour le chef du gouvernement du Burkina Faso, Paul Kaba Thiéba, le forum  de Ouagadougou est le signe de la vitalité des échanges bilatéraux. Des relations qu’il a qualifiées d’étroites depuis de longues années. « La suppression de visa d’entrée entre nos deux pays, la liaison aérienne Ouagadougou-Tunis assurée par Tunis Air  ainsi que l’inauguration de l’ambassade de  la république tunisienne à Ouagadougou, sont des actes majeurs  qui contribueront davantage au renforcement des  échanges en tout genre  entre nos deux pays », a-t-il  expliqué.  Son homologue tunisien a assuré de leur  volonté de continuer la  coopération bilatérale pour stimuler les échanges économiques  à travers  le renforcement du cadre juridique existant, des mécanismes adaptés et des procédures fiables.  « La Tunisie qui ne cesse de déployer d’importants efforts pour se développer aspire à un  partenariat privilégié avec le Burkina Faso à travers une contribution active à la mise œuvre du PNDES», a commenté Paul Kaba Thiéba. Il a profité de l’occasion pour présenter les problématiques au cœur  du plan national de développement économique et social.
 
En marge de l’ouverture du forum économique,  plusieurs accords  de coopération ont été signés pour  consolider le partenariat entre communauté d’affaires burkinabè et tunisien. La chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso a signé trois conventions avec l’UTICA, son homologue de la Tunisie  et un accord pour l’exploitation de la plateforme « Tunisia Trading ».  La compagnie d’assurance SONAR a, pour sa part, signé  un partenariat avec AON Tunisie.  Le patronat tunisien a, par ailleurs,  procédé à l’ouverture  de son bureau au Burkina Faso. C’est le  directeur de  la société  de commerce international tunisien  depuis dix ans, Tarek Limam,  qui a été installé comme chef de bureau.  « Le rôle du bureau  du patronat, premier du genre en Afrique, est d’apporter  assistance et accompagnement  aux opérateurs économiques tunisiens et burkinabè », a laissé entendre  Tarek  Mejaouel  de la direction centrale des relations internationales de l’UTICA. 
 
Nadège YE

Publications

LETTRE DE VEILLE N°56, MARS 2017

Observatoire du commerce extérieur

Découvrez la liste des accord et traités bilatéraux signés par le Burkina Faso depuis 2008.

Partenaires